Blog

 

A vous amis visiteurs

Cada ausèl tròba son niu bèl (On est bien chez soi, même si la maison est imparfaite)

 

A vous tous, famille, amis, visiteurs, curieux, fondamentalement citadins ou résolument ruraux que vous soyez critiques, sceptiques, enthousiastes, confiants, histériques, curieux, ou que vous souhaitez simplement partager avec nous notre aventure rurale …

Nous avons crée ce petit blog sans prétentions qui vous permettra de partager notre expérience.

A tous ceux qui aimerai bien mais qui n'ose pas, à tous ceux qui ne comprennent pas notre choix de vie, à tous ceux qui s'apprêtent à sauter le pas et à ceux qui ont comme nous les deux pieds dedans,

nous vous souhaitons la bienvenue sur nos pages !

 

 

îUn ostal dins una vinha, una femna dins l’ostal, i n’a tant que cal
Une maison dans une vigne, une femme dans la maison, et ça suffit pour être heureux.

Présentations de 2 banlieusards en manque de verdure

Nés tous les deux en banlieue parisienne en 1975, nous nous sommes rencontrés sur les bancs du lycée en 1990.

Sans grand intérêt l'un pour l'autre nous avons finis par devenir inséparables pour finalement succombé à Cupidon à l'automne 1993.

Passionnés tous les deux par l'histoire, les livres et la musique nous avons décidé de faire bibliothèque commune en 1999.

Le 15 septembre 2001 nous convolons en juste noce.

1 an moins 3 jours plus tard, notre première fille Romane voyait le jour.

En 2004 Nous passons du statut de « citadin » au statut « rurbain » en partant vivre à la campagne à 50 km de Paris.

2006 Notre seconde fille Leanne entre dans nos vies.

Octobre 2007, nous prenons la décision de partir dans le sud ouest retrouver un peu de nos racines périgourdines.

Et c'est ainsi, le 6 septembre 2008, que notre nouvelle vie commença ...

Voilà pour le côté synthétique des présentations. Mais ce qui nous a mené jusque là, nécessite de notre part un peu plus de détail sur ce que nous sommes....

Lire la suite

Le long chemin qui mène au changement de vie

« j’ai cessé de me désirer ailleurs. »’André BRETON

Cette citation en la lisant me frappe comme une évidence, un aboutissement.

N’était-ce pas le but recherché en voulant tout changer pour une vie meilleure que de se sentir enfin arrivé chez soi ?

J’aimais les voyages, j’aimais sortir, je n’en ai plus l’envie ni le besoin. J’ai une vie sociale bien plus diversifiée aujourd’hui et mes velléités de voyages me sont contées par mes hôtes venus des 4 coins de la planète.

J’aimais de temps en temps me prendre un grand bol de shopping, il me faut aujourd’hui un minimum de 3 raisons valables pour « monter » à la ville.

Comme beaucoup de français, nous avons décidé de quitter la région parisienne pour « changer de vie » il y a maintenant 10 ans.

Entre les premières consultations de sites immobiliers et la remise des clés de l’ameillée, il s’est passé en tout et pour tout 11 mois.

Mais l’aventure ne commence pas là, ce fut un lent cheminement spirituel, un combat de la raison et du cœur.

De si belles rencontres

Situés sur une des routes de Compostelle, nous recevons souvent des marcheurs venus des 4 coins de France et d’Europe.

Ce sont toujours des rencontres uniques.

Tous différents de part leur âge, leur milieu, leur histoire, leurs capacités, ils ont pourtant tous un but commun : Aller au bout de soit.

Seuls ou accompagnés, ils partent non pas pour réaliser une performance mais pour se retrouver.

Submergés par la nature qu'ils semblent voir pour la première fois, redécouvrant la moindre parcelle de leur corps, ils s’apprêtent à chaque pas à naître de nouveau.

Ils marquent la fin d’une étape de leur existence, en prépare une nouvelle, veulent se prouver quelque chose ou laisser sur le chemin leurs soucis ou leur passé.

Cette introspection solitaire est pourtant ponctuée de rencontres simples et vraies.

Des visages, des histoires, des buts différents, réunis sur un seul chemin.

Certains y passerons 1 semaine, d’autres plusieurs mois mais tous arriverons au même endroit : l’accomplissement de soi.

Ca paraît anodin de se dire qu’il suffirait de marcher pour se réaliser, et pourtant …

Aucun ne ressort indemne de cette expérience à la fois humaine et solitaire.

On dépose sur un caillou nos échecs, nos actes manqués. On avance, on se perd, on loupe un chemin, on trébuche, …

C’est sa vie que l’on rejoue à chaque kilomètre parcouru.

Je remercie tous ces gens de s’être arrêtés un moment chez nous et de nous avoir fait partager leur aventure, car ils nous montrent que tout est possible quelque soit sa situation, son âge ou son physique, et qu’il suffit juste de faire un premier pas …

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×